Prévention des risques sanitaires et écologiques - Déchets

Le transport des déchets  : une problématique à prendre en compte dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et la pollution de l’air

En 2000, on estimait la distance entre le lieu de collecte et le centre de traitement des déchets municipaux résiduels non recyclés à 25 km en moyenne. Pour chaque habitant, cela représentait en moyenne l’équivalent de 17 tonnes-kilomètres de déchets transportées, chiffre qui a très peu diminué entre 2000 et 2004 (16 t-km), alors que la part de déchets non recyclés a été nettement réduite au cours de cette période. La mise en service en 2007 du centre de valorisation énergétique de Dunkerque devrait logiquement permettre de réduire ce ratio.

Parallèlement le développement du recyclage induit un accroissement des distances parcourues pour valoriser les déchets. La mise en place d’équipements autonomes par certaines grandes collectivités (centre de valorisation organique de Sequedin par exemple) devrait contribuer à la diminution des distances parcourues.

Par ailleurs, des efforts notables de report des flux routiers vers des transports alternatifs à la route ont été entrepris dans la région. Il s’agit essentiellement de développer le transport par voie fluviale, ce qui est déjà le cas pour le transport du verre d’Halluin à Wingles, des biodéchets de Pont-à-Vendin à Graincourt-lès-Havrincourt, des déchets ultimes de la communauté urbaine de Lille vers Blaringhem.

Les révisions des plans départementaux d’élimination des déchets ménagers et assimilés des départements du Nord et du Pas-de-Calais devront reprendre et approfondir la réflexion sur ce sujet, afin d’élaborer des propositions visant à poursuivre les progrès indispensables à la réduction de l’impact de la gestion des déchets sur la qualité de l’air et les émissions de gaz à effet de serre, d’une part en réduisant les distances parcourues, d’autre part en privilégiant les modes de transports les plus respectueux de l’environnement. Une piste d’action sera l’application renforcée de critères environnementaux (consommation énergétique, émissions dans l’air de substances polluantes et de gaz à effet de serre, etc.) lors des procédures d’attribution des marchés de collecte et de traitement des déchets des collectivités.

Vous êtes ici :