Promotion de la transition écologique et solidaire

Focus sur la filière de gestion à terre des sédiments de curage/dragage

, par Olivier Canlers

Le relief de cette région marqué par des pentes faibles conduit à des vitesses réduites dans les cours d’eau, ce qui favorise la sédimentation des matières en suspension. Cette décantation de matières solides réduit la hauteur disponible dans les cours d’eau et impacte les capacités de transports de ce réseau fluvial. En effet, plus les péniches transportent de matériaux, plus elles requièrent un tirant d’eau suffisant.


Face à ces éléments de contexte et dans le but de développer le transport fluvial, les gestionnaires ont l’obligation d’entretenir leurs réseaux en réalisant des opérations de curage ou de dragage. À titre d’exemple, ces actions conduisent à un coût d’exploitation de 6 M€ pour VNF, valeur qui devrait s’accroître en tenant compte des grands travaux à réaliser dans la région (Magéo, Canal Seine Nord Europe).

Les acteurs de la région Hauts-de-France se sont fédérés depuis plusieurs années autour de programmes de recherche (Sédimatériaux, Ecosed, FISC, Alluvio) pour développer des filières de valorisation des sédiments extraits des voies d’eau. D’autres réflexions en cours s’intéressent à cette notion d’érosion des sols pour réduire la présence de matières en suspension dans les cours d’eau et ainsi la production de sédiments.

Plusieurs programmes de recherche sont aujourd’hui en cours :

  • Sédimatériaux porté par le Conseil régional et associant les mines de Douai, le CD2E et l’État,
  • Ecosed qui est une chaire de recherche pilotée par l’école des mines de Douai et regroupant le Conseil régional, des industriels et l’État,
  • FISC qui sont des études pilotées par le DREAL et la Région, menées par le BRGM et le Cerema pour contribuer au développement de filière de gestion à terre des sédiments,
  • Alluvio qui est une démarche portée par VNF pour aboutir à une stratégie de gestion des sédiments partagée avec les acteurs du territoire.

Ces démarches s’intéressent à la meilleure caractérisation des sédiments, notamment au regard des propriétés de danger, ainsi qu’à la détermination de nouvelles filières de valorisation. Ces approches se complètent, car elles sont portées par des acteurs divers, associent des parties prenantes différentes et aboutissent à des productions de nature variée (recherche, expérimentations, filières, études, expertises, etc.).