Promotion de la transition écologique et solidaire

Définition et historique EEDD

, par Olivier Canlers

Qu’est-ce que l’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD) ?

L’EEDD constitue l’ensemble des démarches pédagogiques visant à informer, former, sensibiliser, éduquer et accompagner les citoyen·ne·s à la compréhension leur environnement et à la complexité des enjeux socio-écologiques du monde. Elle a vocation à susciter leur curiosité, leurs questionnements, l’échange, le débat et la réflexion avec les autres. Ainsi, elle donne l’opportunité à chacun·e, à tous les âges, de développer des clés pour se mobiliser et agir en vue d’une ouverture au monde et à soi-même, d’un vivre ensemble qui contribue à l’épanouissement de tou·te·s et à la protection de l’environnement pour tou·te·s y compris les générations futures.

La démarche d’EEDD vise à transmettre des connaissances, développer des compétences et modifier les comportements par le biais de pédagogies participatives et actives. Ces pédagogies peuvent s’appuyer sur différentes approches : sensorielle, ludique, créative et artistique ou encore scientifique et expérimentale. Il est primordial de « reconnecter » l’individu à son environnement et de replacer l’Humain face à ses responsabilités vis-à-vis de lui-même et des autres.

Les principaux thèmes abordés par l’EEDD sont l’énergie, le climat, l’eau, l’air, la santé, la mobilité, les transports, les déchets, la consommation, l’agriculture, l’alimentation, l’environnement sonore, la nature, l’écologie, la biodiversité, la ville durable, l’habitat, l’urbanisme, l’urbanité (le vivre en ville), la citoyenneté, le civisme, le patrimoine.

Historique de l’EEDD

Les précurseurs de l’EEDD sont les mouvements associatifs dont la volonté était de faire connaître les richesses et les faiblesses de la nature pour mieux la protéger. Dès la fin du XIXème siècles les mouvements d’éducation populaire, de scoutisme et de protection de la nature développent des actions de sensibilisation à la nature, par la nature à destination des jeunes.

Progressivement, à partir de la seconde moitié du XXème siècle, avec la montée des préoccupations liées au changement climatique et à l’épuisement des ressources, ces actions s’élargissent aux questions environnementales : pollutions, déchets, qualité de l’eau, de l’air, urbanisme, etc.

L’EEDD en tant que telle naît à la fin des années 70 dans un contexte de création d’un ministère de la protection de la nature et de l’environnement est créé (1971) et de mise en place de politiques publiques en la matière (loi sur les parcs nationaux, création de centre de pédagogies de terrain, à l’origine du réseau des Centres d’initiatives pour l’environnement [CPIE].)

Les enseignants liés aux associations d’éducation populaire vont petit à petit faire entrer l’éducation à l’environnement à l’école. Puis l’émergence et la diffusion du concept de « développement durable » à partir des années 90 et du sommet de la Terre à Rio (1992) permettre la progression de l’EEDD au sein de l’Éducation nationale. Cette dernière inscrit d’ailleurs son action en ce sens à partir de 2004.

Aujourd’hui et ce depuis la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 l’EEDD fait partie des missions de l’école.

Textes de référence

> Charte de l’environnement : article 7 et 8

> Loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement : article 55

> Loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République