La regression des coquelicots, comme indicateur de la pression exercée par les produits phytosanitaires

Les plantes messicoles (plantes « habitant les moissons », avec parmi les plus connues : le bleuet et le coquelicot ) sont inféodées aux cultures qu’elles accompagnent depuis de nombreux siècles, voire plusieurs millénaires. Les évolutions de l’agriculture au cours du siècle dernier, liées à la demande aval du consommateur en terme de qualité et quantité, ont cependant conduit à une régression importante des populations de la plupart de ces espèces (utilisation de produits phytosanitaires…). Ces espèces au caractère patrimonial important, jouent également un rôle important au sein de l’écosystème en tant que source d’alimentation pour la faune, le gibier ou pour les auxiliaires de l’agriculture. (MEDDE)

JPEG - 115.7 ko
  • telecharger
  • enregistrer
  • imprimer