Prévention des risques naturels et technologiques

Une région industrielle et densément peuplée, fortement concernée par les risques technologiques

Une forte concentration d’établissements classés à risque pour l’environnement

Toutes les activités humaines comportent un risque potentiel ; il en va de même pour les activités industrielles. Les risques dits « technologiques » peuvent concerner beaucoup d’installations que nous voyons chaque jour sans crainte particulière (stations services, entrepôts, etc.) et d’autres activités qui évoquent tout de suite un risque plus important (chimie, silos, dépôts de liquides inflammables, etc.)

En France, la sécurité des installations industrielles n’est pas une préoccupation nouvelle. Depuis 1976, la loi sur les installations classées pour la protection de l’environnement prend en compte la prévention des risques technologiques au même titre que la limitation des rejets polluants. Elle permet ainsi de réglementer et de suivre les activités qui, par la nature des procédés ou des produits mis en œuvre, peuvent présenter un risque particulier pour l’environnement. Les inspecteurs des installations classées sont chargés du suivi de sa bonne application.

Parmi les installations classées à risques pour l’environnement figurent les sites dits « Seveso ». Ceux-ci comprennent les installations classées « seuil haut » (sites ayant des installations classées AS, autorisation avec servitude) et « seuils bas ». La région se classe au cinquième rang national pour le nombre de ses établissements Seveso. Elle comptait, fin 2006, 45 sites « Seveso seuil haut » et 32 « seuils bas ». Ces établissements concernent tous les secteurs d’activité : chimie et pétrochimie, raffinage, sidérurgie, stockage s et mise en œuvre de produits toxiques, etc. On note une concentration importante de ces établissements sur le littoral avec trois sites AS à Calais et treize sites AS dans le Dunkerquois. Certaines activités, bien que n’étant pas classées « Seveso », font l’objet d’un suivi particulier : silos de céréales, dépôts d’engrais, installations mettant en œuvre des produits toxiques comme l’ammoniac, le chlore, l’acide fluorhydrique, etc.

Un enjeu de sécurité des biens, des personnes et de l’environnement

Entre 1996 et 2006, 464 accidents sont survenus dans les usines de la région. Leur intensité varie entre le niveau 0 et le niveau 5 sur une échelle de gravité, mise au point par l’Union européenne et l’OCDE, qui va par ordre de gravité croissante de 0 à 6. La majorité des événements répertoriés sont d’un niveau de gravité faible, mais il peut se produire des accidents particulièrement graves comme dans le cas de l’explosion survenue le 27 mars 2003 à l’usine Nitrochimie de Billy-Berclau dans le Pas-de-Calais. Cet accident a causé la mort de quatre personnes.

Portfolio

Source  : Recensement MEDAD 2006 Source  : DRIRE Nord Pas de Calais

Vous êtes ici :