Transports

Transports et engagements du protocole de Kyoto en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre

Après la prise de conscience du sommet de Rio en 1992, puis la signature de la convention sur les changements climatiques à New-York également en 1992, le protocole de Kyoto, signé en décembre 1997, a enclenché une nouvelle étape dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) responsables du réchauffement climatique. Les états signataires ont décidé de prendre des engagements contraignants comportant des objectifs chiffrés, à savoir 5 % de réduction des émissions de GES en moyenne sur la période 2008-2012 par rapport au niveau de 1990, année de référence pour les pays industrialisés.

En Nord - Pas-de-Calais, la contribution du secteur des transports aux émissions de CO2 s’élève à 21 % en 2005. Cette proportion peut paraître faible face aux autres secteurs (résidentiel, industrie), mais elle correspond quand même à 5,2 % des émissions françaises alors que la superficie de la région ne représente que 2,2 % de la superficie française. Le respect des engagements du protocole de Kyoto nécessite donc de limiter drastiquement les émissions de CO2 des véhicules. Les estimations ont permis d’avancer le chiffre de 22 % de réduction nécessaire de la consommation énergétique liée aux transports. Or, l’augmentation constatée, et dont la poursuite est prévisible, du trafic, couplée au délai nécessaire pour le renouvellement du parc automobile, situe la difficulté d’atteindre cet objectif à l’horizon 2020.

En décembre 2007, après dix ans d’existence du protocole de Kyoto, les pays signataires, rejoints par d’autres, se sont réunis à Bali, sous l’égide de l’ONU, pour de nouvelles négociations sur le changement climatique. Ce sommet a abouti à un accord prenant la forme d’un cadre de travail et d’un calendrier de négociations en vue de définir d’ici 2009 des engagements concrets et des objectifs chiffrés de réduction des émissions de GES (objectif division par quatre d’ici 2050 pour les pays développés).

Vous êtes ici :