Prévention des risques naturels et technologiques

Repères

Les risques naturels touchent une part importante du territoire. Environ deux communes sur trois sont concernées par au moins un risque naturel, les inondations constituant le risque le plus fréquent en raison de l’urbanisation dans les zones inondables. Le risque d’effondrement ou de mouvement de terrain est un risque moins fréquemment cité ; il affecte cependant plus de trois cents communes de la région situées notamment à l’aplomb de cavités souterraines liées à d’anciennes carrières de craie.

Grande région industrielle, le Nord - Pas-de-Calais présente une activité industrielle forte avec environ 1 500 sites soumis à autorisation au titre de la législation relative aux installations classées, dont 81 sites « Seveso » à la fin de l’année 2006. Le Nord - Pas-de-Calais est ainsi une des régions françaises à plus forte concentration de tels établissements qui concernent tous les types d’activité : chimie, industrie pétrolière, sidérurgie, installations de stockage de produits toxiques, etc. Elle présente par ailleurs une forte densité de population, ce qui augmente l’exposition au risque.

La région a été le siège d’une exploitation importante de houille. Les anciens sites miniers peuvent être affectés par des phénomènes de mouvements de terrain très localisés au niveau des anciens puits de mine, d’inondation dans les zones affaissées, d’émission de grisou et de combustion du charbon contenu dans les terrils et d’instabilité de leurs pentes.

La région Nord - Pas-de-Calais est donc fortement concernée par la gestion des risques et la sécurité des biens, des personnes et de l’environnement. La gestion des risques passe par une amélioration de la connaissance, la réduction des risques à la source, la prise en compte des risques dans l’aménagement, l’information de la population, et, en particulier pour les aléas miniers, une surveillance continue. Conformément à la réglementation, la réalisation des plans de prévention des risques et la prise en compte des risques dans les documents d’urbanisme doivent se poursuivre pour éviter d’aggraver les risques et résorber des situations héritées du passé. L’information des habitants reste essentielle, tant pour apprendre à « vivre avec le risque » que pour permettre de réagir de la manière la plus adaptée en situation de crise.
ces risques s’ajoute le risque spécifique lié au changement climatique (submersion marine, recrudescence des phénomènes météorologiques extrêmes).