Prévention des risques sanitaires et écologiques - Déchets

Repères

La forte densité de population et la concentration d’activités économiques, et notamment industrielles, sont à l’origine de la production de quantités de déchets importantes en région Nord - Pas-de-Calais.

Les déchets municipaux, c’est-à-dire les déchets ménagers et assimilés, collectés par le service public, représentent un gros gisement, dont l’évolution est de plus à la hausse (2 500 000 tonnes en 2005 contre 2 300 000 en 2001). Cette dernière peut être en partie expliquée par la mise en place quasi complète sur la région de dispositifs modernes de collecte des déchets par les collectivités, avec un renforcement de l’intercommunalité, notamment par l’extension des services des réseaux de déchèteries. Toutefois elle est également liée à une production toujours en hausse de déchets par les ménages, faisant de la réduction des volumes produits un enjeu dans la région comme partout en France. Des actions de sensibilisation et de prévention sont menées depuis plusieurs années dans ce but. L’amélioration de la collecte a toutefois permis en parallèle une réduction des dépôts sauvages.

En termes d’élimination, on assiste à une diversification continue des filières : le taux de valorisation matière est passé de 22 % en 2001 à 32,5 % en 2005. Dans le même temps, la valorisation énergétique a nettement progressé (de 11 à 26,6 %) dans la région avec la mise en place de nouvelles installations. De manière générale, notamment grâce au renforcement de la réglementation, les filières de valorisation, qu’il s’agisse de valorisation matière dans l’agriculture à travers l’épandage ou de valorisation énergétique par incinération, ont un impact de moins en moins fort sur l’environnement.

Le Nord - Pas-de-Calais est également caractérisé par une production importante de déchets spécifiques issus des activités industrielles représentant 20 % du taux national. Toutefois, la reconversion industrielle de la région a vu décliner l’industrie lourde (sidérurgie, métallurgie, fonderie) ou, plus récemment, la papeterie-cartonnerie, fortement productrices de déchets, et, dans le même temps, se développer d’autres secteurs moins producteurs de déchets tels que l’agro-alimentaire. Les caractéristiques de la production de déchets industriels spécifiques ont ainsi été modifiées de façon notable, en particulier concernant les déchets dangereux. La connaissance des gisements de déchets spécifiques a été nettement améliorée au cours des dernières années et les efforts de valorisation, également en progression, sont à poursuivre.

D’autres gisements de déchets spécifiques à certaines activités sont traités par des filières spécifiques, qui selon les types de déchets peuvent être considérées comme satisfaisantes dans la région c’est le cas des boues de stations d’épuration et des déchets d’activités de soins par exemple, ou sont à développer fortement, comme pour les déchets du BTP.