Etudes spécifique

Le Lilas de mer (Limonium vulgare) en Picardie

(Les conservatoires botaniques nationaux disposant d’agrément nationaux et de conseils scientifiques internes, les documents produits par ceux-ci ne feront pas l’objet d’un avis du CSRPN).

Carte d’identité :

Nom scientifique : Limonium vulgare Mill
Famille : Plumbaginaceae
Noms vulgaires : Lilas de mer, Lavande de mer
Hauteur : 20 à 80 cm. Fleurs : 6 à 8 mm. Floraison : juillet à octobre.

(Photo B. BOCK http://photoflora.free.fr/)

Ecologie :

Le lilas de mer colonise les sables maritimes plus ou moins vaseux des façades littorales de la mer du nord, de la manche, de l’atlantique et de la méditerranée. Il s’agit d’une plante à aire méditerranéo-atlantique, sensible aux rigueurs climatiques des régions boréales qu’elle ne pénètre pas.

Aire de répartition en France :

<i>Source : Banque de données Botaniques et Ecologiques "SOPHY" (http://junon.u-3mrs.fr/msc41www/sophy.htm)</i>

Source : Banque de données Botaniques et Ecologiques "SOPHY" (http://junon.u-3mrs.fr/msc41www/sophy.htm)

Situation du Lilas de mer en Picardie :

Une expertise a été réalisée en 2004 dans le cadre du contrat de plan Etat-Région afin de dresser un état des lieux des populations de lilas de mer sur la côte Picarde et d’étudier les perspectives de conservation.

L’expertise a été réalisée par le Conservatoire Botanique de Bailleul et la DIREN Lorraine avec le soutien financier du Conservatoire Régional de Picardie.

Plusieurs stations ont été répertoriées sur les communes suivantes :

  • Cayeux-sur-mer (lieu-dit "la mollière") ;
  • Saint-Valéry-sur-Somme (lieux-dit "Mollière du Cap Hornu" et "DPM Plage de Saint-Valéry") ;
  • Ponthoile et Favières (lieu-dit "Mollières à la hauteur du parking de la baraque à frites (Morlay)" ;
  • Le Crotoy (lieu-dit "Mollières de la Maye") ;
  • Saint-Quentin-en-Tourmont (lieu-dit "Banc de l’Islette / Anse Bidard") ;
  • Fort-Mahon-Plage (lieux dit "Baie d’Authie").

La superficie occupée par le lilas de mer sur l’ensemble de ces communes atteint 65,8 ha, correspondant approximativement à la superficie totale couverte par cette espèce sur le littoral picard.

Evolution de la superficie couverte par les populations de lilas de mer depuis 1965

L’analyse de la littérature sur cette espèce montre qu’il y a eu une diminution très marquée de la superficie couverte par le lilas de mer au cours des 40 dernières années. Des données fiables montrent que la surface couverte par le lilas de mer a regressé de 25 % en seulement 10 ans en Picardie.

Evolution par secteurs des superficies couvertes par les populations de lilas de mer depuis 1965

  • La Baie d’Authie
    Ce secteur regroupe la plus belle population de lilas de mer du littoral picard et présente une régression des populations limitée.
  • Le Banc de l’Islette et l’Anse Bidard
    Les populations de lilas de mer y régressent en raison de la dynamique naturelle aboutissant à une désalinisation progressive du secteur.
  • L’estuaire de la Maye
    La régression des populations y est très nette depuis seulement 10 ans en raison de l’accumulation de laisse de mer et l’ensablement qui a entraîné un exhaussement du sol et un changement des conditions écologiques.
  • La Baie de Somme : secteur du Crotoy à Noyelles-sur-mer
    Ce secteur a connu la plus forte régression du Lilas de mer au cours des 10 dernières années. Cette régression a ici pour cause principale la cueillette familiale. Le seconde cause relève du pâturage intensif par les moutons.
  • La Baie de Somme : Saint-Valéry-sur-Somme, la Plage
    La petite population sur ce site semble persister malgré la forte pression touristique.
  • La Baie de Somme : Saint-Valéry-sur-Somme, les mollières du Cap Hornu
    Située entre le parking du Cap Hornu et l’anse de Pendé, les mollières du Cap Hornu abritent une population importante de Lilas de mer. Les constats réalisés dans l’anse de Pendé ne font que confirmer les observations réalisées en 1990 par J.M. et J. GEHU, à savoir une régression forte du lilas de mer, notamment du fait du pâturage trop intensif et de l’ensablement de la baie
  • Cayeux-sur-mer : la mollière
    Ce site héberge une petite population de lilas de mer de moins de 5000 m2 qui ne semble pas menacée à court terme.

Principaux facteurs influençant la dynamique des populations de lilas de mer

deux grands type de facteurs peuvent être distingués :

- les facteurs d’origine naturels

Cela concerne essentiellement les processus d’ensablement des milieux littoraux picards.

- les facteurs d’origine anthropique

  • le pâturage ovin
    Si le pâturage ovin est une cause certaine de régression des populations, la manière de conduire le pâturage peut influencer de façon très variable l’impact sur les populations de lilas de mer. La charge, la période de pâturage et les déplacements du troupeau sont autant d’éléments qui vont conditionner plus ou moins fortement la régression du lilas de mer.
  • la cueillette
    Une cueillette modérée et à usage familial n’est pas nécessairement défavorable à la conservation de l’espèce. Toutefois, l’exemple des populations situées près du parking de Morlay montre qu’une cueillette intensive et répétée provoque la régression du lilas de mer.
  • les modifications d’usage des mollières
    Le creusement de mares a modifié les écoulements de surface au niveau des mollières, favorisant la vidange du haut schorre après la marée haute, ce qui a eu pour effet de modifier les conditions écologiques nécessaires à la vie du lilas de mer.

Mesures de conservation :

Parallèlement à la sensibilisation des acteurs locaux et des promeneurs sur la fragilité du lilas de mer et au milieu qui l’héberge, un arrêté préfectoral interdisant la cueillette autre que familiale a été pris par le Préfet de la Somme le 27 juin 1990.

Source des informations/ Bibliographie :

HAUGUEL J.C., DE FERAUDY E., HENDOUX F. (2005) - Le lilas de mer (Limonium vulgare Mill.) sur la côte picarde : état des lieux en 2004 et perspectives de conservation - Conservatoire Botanique National de Bailleul, 29p. + annexes, 2005.
Télécharger le document.

DASSENNOVILLE S., 1996 - Etude de l’impact des cueillettes de Limonium vulgare et de Salicornia sp. pl. sur les estuaires de la plaine maritime picarde. Rapport de fin d’étude. CRP/CBNBl, 61 p. + cartes.

GEHU, J.-M. & J. , 1990 - Expertise de sites à lilas de mer (Limonium vulgare) du littoral de la Somme et spécialement de l’Anse de Pendé. DRAE Picardie, CREPIS : 10 p. + annexes, Bailleul.

Eléments rassemblés le 08/09/05 par O Pichard, chargé de mission faune, flore, milieux naturel à la DIREN Picardie