Aménagement et gestion des eaux

L’hydrogéologie du bassin minier encore mal connue

La création de plus de 100 000 km de galeries souterraines, puis l’arrêt de l’extraction minière, ont bouleversé l’hydrographie et l’hydrogéologie du bassin minier. Lors de la fermeture des mines, les pompages qui les maintenaient hors d’eau ont été arrêtés et les eaux minières ont remonté naturellement, remplissant les vides laissés. Parallèlement, la topographie changeait par suite d’affaissements progressifs. Un nouvel hydrosystème (écoulements superficiels et souterrains) est né de ces bouleversements.

Le houiller qui, avant l’exploitation minière n’était pas un aquifère, est aujourd’hui alimenté par les infiltrations de la craie et des calcaires du carbonifère. En surface, les pertes des réseaux d’assainissement des agglomérations du bassin minier, rendus défectueux par les affaissements miniers, contribuent à l’altération des eaux souterraines par les nitrates dont la teneur avoisine localement les 100 mg/l.

Vous êtes ici :