Transports

Développer un système de transport des marchandises à la fois compétitif et plus respectueux de l’environnement

Dans le contexte de mondialisation des échanges, le Nord - Pas-de-Calais dispose d’atouts indéniables en matière de logistique : sa situation géographique, son potentiel économique, les réseaux de transports existants dans chacun des modes (maritime, fluvial, ferroviaire, routier). La valorisation de ce potentiel constitue pour la région une réelle opportunité de développement économique et territorial. Toutefois, ce développement doit nécessairement s’inscrire dans une volonté de développement durable du système régional de transports, et donc dans la recherche de la maîtrise et de la régulation des flux par un aménagement cohérent des zones économiques, allant de pair avec un rééquilibrage modal, en offrant des modes alternatifs à la route fiables et performants.

Placer la région au cœur du système fluvial et maritime européen

Le canal Seine - Nord Europe, une infrastructure fluviale majeure…

La région sera traversée au cours de la prochaine décennie par le canal Seine - Nord Europe, infrastructure fluviale majeure de dimension européenne. Cet équipement, maillon manquant du système fluvial grand gabarit actuel, ouvrira de nouvelles voies de communication entre l’Europe du Nord et du Sud, entre la France (et notamment le Bassin parisien) et le Benelux.

Représentant un mode de transport alternatif à la route réellement compétitif, le canal Seine - Nord Europe constitue un élément majeur pour le déploiement d’un système de transport plus durable, en participant à la lutte contre l’effet de serre et contre les nuisances sonores, ainsi qu’à une sécurisation du transport, notamment concernant les matières dangereuses.

Les premières estimations de trafic futur révèlent que 47 % des flux attendus sur le futur canal Seine - Nord Europe résulteront du transfert modal de la route vers le fluvial. Un convoi fluvial de 4 400 tonnes ­équivalant à 220 camions, ce report modal permettrait de diminuer de près de 2 000 unités le flux journalier de camions entre Hénin-Beaumont et Lille.

… qui permettra de renforcer le système fluvial et portuaire régional

La réalisation du canal Seine - Nord Europe est bien entendu une opportunité à saisir par la région Nord - Pas-de-Calais pour renforcer la dimension européenne de son réseau de ports maritimes et fluviaux. Il s’agira d’élargir l’hinterland [1] des trois ports maritimes régionaux de Boulogne, Calais et Dunkerque pour les connecter au réseau fluvial et aux plateformes multimodales intérieures.

Cette nouvelle desserte des ports maritimes, appuyée par l’amélioration de leur desserte ferroviaire, devrait permettre de capter une partie des flux routiers européens qui traversent la région par le cabotage et le développement des autoroutes de la mer : plusieurs projets existent entre les ports du Nord - Pas-de-Calais et des ports d’Espagne et de Scandinavie.

Poursuivre le développement de l’intermodalité

La mise en place d’un système régional de transports compétitif à la fois du point de vue économique et plus respectueux de l’environnement passe par la recherche d’une meilleure combinaison des modes de transports entre eux et par des choix d’implantations des activités logistiques en cohérence avec les réseaux existants.

L’efficacité environnementale des plateformes logistiques doit être améliorée par le biais du développement de l’intermodalité. La plateforme Delta 3 de Dourges mise en service en décembre 2003 est une réalisation exemplaire dans la région : elle associe trois modes de transport (route, fer, eau) et privilégie les équipements de transfert sans rupture de charge (la marchandise ne change pas de contenant).

L’efficacité environnementale de telles plateformes dépend de l’existence de possibilités de transfert suffisantes et compétitives. En Nord - Pas-de-Calais, le développement du transfert modal route - eau est tributaire de la réalisation du canal Seine - Nord, qui devrait s’achever d’ici 2012. Le transfert modal route - fer est quant à lui encore limité par la priorité accordée au transport de voyageurs.

Toutefois, le contexte actuel de hausse des prix du carburant, de projets de tarification plus juste des infrastructures et de changement de mentalité des professionnels comme des citoyens, fait évoluer favorablement les conditions de développement du ferroutage et du transport fluvial.

Rationaliser le transport des marchandises en ville

Les coûts environnementaux générés en milieu urbain par le transport routier de marchandises sont importants dans la région et le besoin d’étudier les circuits d’approvisionnement de marchandises et d’évacuation des déchets dans les villes est nécessaire. En ce qui concerne les déchets, le conseil régional Nord - Pas-de-Calais et la délégation Nord - Pas-de-Calais de l’Ademe ont mis en œuvre une démarche d’incitation aux modes alternatifs à la route, qui se traduit aujourd’hui concrètement par le transport d’une partie du verre, des déchets verts, de la ferraille et des ordures ménagères brutes par voie d’eau.

L’impact environnemental des poids lourds en milieu urbain ne s’explique pas seulement par l’approvisionnement des villes mais également par les livraisons des entreprises de vente par correspondance induisant un transit important de marchandises diverses.

Notes

[1- Hinterland : zone continentale située en arrière d’une côte ou d’un fleuve, qui désigne plus précisément en géographie économique la zone d’influence et d’attraction économique d’un port.

Vous êtes ici :