Lens - Liévin - Hénin - Carvin

Sols

Dernier ajout : 3 mai.

Synthèse des pressions régionales exercées sur les sols

S1Les enjeux de gestion optimisée de l’occupation des sols sont très forts

Situé au coeur du Bassin Minier, le territoire de Lens-Liévin-Hénin-Carvin a été soumis à une pression foncière majeure, conséquence de son histoire industrielle et de la forte densité de population.

Le pourcentage de surfaces artificialisées est le plus élevé en région, avec 46,28 %, contre une moyenne régionale à 16,47 %. De plus, le rythme d’artificialisation observé entre 1998 et 2009 de 102 ha/an, soient 0,29 % de son territoire, contre 0,14 % pour la région, est l’un des plus élevés en région ; et c’est le territoire régional où le SCOT? prévoit la plus forte artificialisation annuelle avec 163 ha au total, alors que le Schéma Régional Climat Air Énergie préconise 33 ha/an.

Les zones agricoles sont principalement situées au Nord du territoire sur l’ancien secteur de marais, ainsi qu’au Sud et à l’Ouest sur les collines de l’Artois, connues comme les milieux agricoles parmi les plus fertiles de la région Nord Pas-de-Calais.

Par ailleurs, malgré le peu d’espaces naturels ou semi-naturels, ces derniers (souvent reconquis sur d’anciens terrils arasés ou sur des friches) participent fortement à l’amélioration du cadre de vie par leur vocation récréative et de loisirs (exemple de la base Loisinord).

S2La préservation et l’amélioration de la qualité des sols constituent un enjeu fort pour le territoire.

Dans ce contexte très urbanisé et industriel, et où l’histoire minière a profondément marqué les hommes, la trame urbaine, les paysages et les sols, le territoire compte de nombreux sites pollués ou potentiellement pollués (48 sites BASOL?). De ce fait, le territoire dispose d’un gisement foncier important en termes de friches : environ 793 ha, soient 22,5 % des friches du Nord Pas-de-Calais, dont certaines peuvent être reconquises et valorisées pour des activités économiques ou récréatives par exemple.

A noter que l’activité de Métaleurop a engendré une pollution historique des sols par les métaux lourds (plomb, cadmium principalement) autour du site sur plus de 800 ha.

De plus, les friches et les terrils présentent de belles opportunités de reconquêtes ; les premières peuvent être affectées à des usages mixtes : reconstitution de tissus de ville à dominante habitat mais aussi économique, voire reconstitution d’espaces naturels et de loisirs ; cette dernière affectation étant le débouché privilégié des terrils.

S3Enfin, les aléas miniers sont particulièrement présents dans le territoire du SCOT de Lens-Liévin-Hénin-Carvin.

Le secteur est fortement concerné par les remontées de grisou? suite à l’arrêt de l’activité minière. Le gaz peut se trouver bloqué dans un compartiment du sous-sol, entre la nappe et la couche géologique supérieure. Du fait de la géologie et de la nature des sols, les remontées de grisou sont susceptibles de se produire uniquement au niveau des puits de mine et ceux-ci sont dotés de dispositifs de sécurité.

La présence des puits de mine peut induire des risques d’effondrements du fait de la déstructuration locale du sous-sol. Le risque d’affaissement des terrains serait stabilisé sur l’ensemble du Bassin Minier, mais il est susceptible d’évoluer suite à la très lente remontée des eaux dans le sous-sol houiller.

  • Un espace très artificialisé et sous pression foncière
  • Des sols et sous-sols marqués par l’histoire

En savoir plus

Suggestions:Métaleurop-Nord : fonderie qui était située sur les communes de Noyelles-Godault et de Courcelles-lès-Lens (Pas-de-Calais). Elle a été liquidée en mars 2003, après plus d’un siècle de production de métaux non ferreux.