Biodiversité, Paysage, Eau et Milieux

Hydrobiologie - Suivi qualitatif

Le Service Nature, Eau, Paysages a pour mission de décliner et de mettre en œuvre, au niveau régional, les politiques de l’Etat et les engagements européens dans les domaines de la préservation de la ressource en eau, tant quantitative que qualitative, et la protection des milieux aquatiques.

L’activité du laboratoire d’hydrobiologie de la DREAL se décline sur plusieurs vecteurs essentiels :
- La connaissance du patrimoine, en assurant le recueil, la bancarisation, l’exploitation et la diffusion de données sur l’eau et les milieux aquatiques,
- Le suivi de l’évolution qualitative de ce patrimoine, en assurant une expertise de la qualité de l’eau et des écosystèmes, en identifiant des problématiques,
- La promotion d’une meilleure gestion des milieux aquatiques.

Une appréciation de la qualité des cours d’eau s’appuyant uniquement sur les paramètres physico-chimiques donne une vision restreinte et ponctuelle de l’état de l’écosystème. En revanche, la flore et la faune aquatiques des cours d’eau reflètent les conditions environnementales actuelles et passées et sont en quelque sorte la " mémoire " récente du cours d’eau.
Plusieurs indices biologiques renseignent sur la qualité du cours d’eau, bien au-delà de la simple qualité d’eau.

Le laboratoire est accrédité par le Cofrac sur les essais suivants :

  • IBGN, Indice Biologique Global Normalisé
  • MPCE, Macro-invertébrés en Petits Cours d’Eau
  • IBD, Indice Biologiques Diatomées
  • IBMR, Indice Biologique Macrophytique en Rivière

Il s’agit d’effectuer le prélèvement en cours d’eau puis, en laboratoire, le tri et la détermination :
- L’IBGN et l’essai MPCE fournissent des indications sur les populations de macro-invertébrés benthiques inféodées aux habitats des cours d’eau : les macro-invertébrés constituent un groupe faunistique hétérogène incluant des larves d’insectes, des mollusques, des vers…. Les inventaires faunistiques sont réalisés sur les différents habitats répertoriés dans le tronçon de cours d’eau constituant la station de mesure. Les inventaires réalisés dans chacun de ces habitats permettent de calculer divers indices dont par exemple l’Indice Biologique Global Normalisé (IBGN). Complémentaire des analyses physico-chimiques, l’IBGN et ses dérivés intègrent les variations de la qualité de l’eau sur plusieurs mois, et prennent en compte la stature et la qualité de l’habitat qui ont une influence majeure sur l’état des peuplements de macro-invertébrés. L’analyse des macro-invertébrés donne une expression synthétique de la qualité générale d’un cours d’eau (note de 0 - qualité très mauvaise- à 20 -qualité excellente) tant au niveau de la qualité chimique de l’eau (présence ou absence d’organismes polluo-sensibles) qu’au niveau de l’habitat du lit mineur. En effet, plus ce dernier est diversifié (vitesses d’écoulement, profondeurs, substrats différents), plus il y aura de niches écologiques et plus le peuplement de macro-invertébrés sera riche en familles d’insectes, de crustacés, de vers…
- L’IBD résulte d’une analyse de la flore diatomique benthique : les diatomées sont des algues brunes microscopiques qui colonisent tous les milieux plus ou moins humides et les différents substrats présents dans le lit de la rivière. Les taxons rencontrés sont étroitement liés à la qualité physico-chimique de l’eau, les diatomées étant naturellement sensibles à la présence de substances toxiques.
- L’IBMR est fondé sur l’examen des plantes aquatiques (macrophytes) pour déterminer la qualité d’un cours d’eau et plus particulièrement son degré d’eutrophisation lié aux teneurs en azote et en phosphore dans l’eau. Cet indice prend également en compte les carctéristiques physiques du milieu comme l’éclairement et les vitesses d’écoulement. La note d’indice est calculée en fonction du niveau trophique de l’eau ; 5 classes ont été définies, allant d’oligotrophe (note d’IBMR>14) à eutrophe (note<8). Ce suivi est pratiqué dans le cadre des réseaux de surveillance.

D’autres indices sont utilisés en Picardie :

  • IPR, Indice Poisson en Rivière
  • IOBS, Indice Oligochète de Bioindication des Sédiments fins

- L’IPR consiste globalement à mesurer l’écart entre la composition du peuplement piscicole en un endroit donné, observée à partir d’un échantillonnage par pêche électrique, et la composition du peuplement attendu en situation de référence, c’est-à-dire dans des conditions pas ou très peu modifiées par l’homme. Ce suivi est assuré par l’ONEMA dans le cadre du RHP (Réseau Hydrographique Piscicole) et du RCS.
- L’IOBS est basé sur la richesse taxonomique de l’échantillon prélevé et le pourcentage de présence des formes les plus tolérantes à la pollution. Il permet d’évaluer globalement la qualité biologique des sédiments fins ou sableux, permanents ou stables, et donc, indirectement, la qualité de l’eau. L’incidence écologique des micro-polluants organiques et métalliques présents est particulièrement mise en évidence. Cinq classe de qualité sont définies par cet indice, de "mauvaise" (IOBS<0,5) à "très bonne" (IOBS>3)