Boulonnais

Enjeux transversaux de développement durable

Dernier ajout : 3 mai.

Le profil social du Littoral Nord (dont fait partie le Boulonnais, avec Calais et Dun­kerque) est légèrement plus défavorisé que la moyenne régionale [1] : un quart des habitants vit en dessous du seuil de bas revenu et le revenu médian est proche de 16 000 € par unité de consommation.

Les contrastes internes au territoire sont marqués : les centres urbains présen­tent des niveaux de revenus faibles, comme à Boulogne-sur-Mer où le revenu médian n’excède pas 14 000 € par unité de consommation.

Le faible revenu des ménages étant facteur de précarité énergétique, l’enjeu de maîtrise des dépenses liées à l’énergie et aux transports est important.

À l’inverse, les niveaux de revenus sont plus élevés en périphérie des villes et en milieu périurbain  : les ménages comportant deux actifs, suffisamment sol­vables pour acquérir un bien immobilier, ont tendance à s’éloigner des villes pour trouver un logement individuel et un cadre de vie de qualité. Un des enjeux est de rendre les villes plus attractives, y compris pour les ménages, pour endiguer la périurbanisation?.

En matière de santé, l’indice comparatif de mortalité est sensiblement plus défavo­rable que la moyenne régionale pour les hommes et traduit un niveau d’enjeu très élevé pour la préservation et l’amélioration de la santé dans le Boulonnais.

Avec un indice comparatif de mortalité (ICM) de 139,9 pour les hommes et 123,5 pour les femmes du Boulonnais, le secteur présente une mortalité corrigée des effets d’âge supérieure de 39,9 % pour les hommes et 23,5 % pour les femmes à celle observée en France métropolitaine (où l’ICM est de 100 par définition) [2].

L’importance de ce qu’on appelle les déterminants économiques, sociaux, culturels et environnementaux, est primordiale (cf. chapitre Santé, sur les enjeux sanitaires en lien avec l’environnement). Les questions de santé environnement posent des problèmes souvent complexes car multifactoriels. Néanmoins, la préservation de la santé et la qualité de l’environnement sont intimement liées : un environ­nement de qualité contribue à préserver voire améliorer la santé.

Concernant l’IDH4, la situation apparaît plus favorable dans le secteur rural situé entre les villes de Boulogne-sur-Mer et de Desvres.

Opportunités économiques

La force du Boulonnais tient à la visibilité de sa spécialisation autour des activités halieutiques.
Boulogne-sur-Mer est le 1er port de pêche français et la 1ère plateforme européenne de transformation du poisson. Des structures de recherche et de transfert sont présentes sur le secteur, notamment le pôle national de compétitivité AQUIMER, l’IFREMER? [3], HALIOMER [4], l’ANSES? [5] qui possède une antenne à Boulogne-sur-Mer, spécialisée dans les dangers biologiques et chimiques affectant la sécurité sanitaire et la qualité des aliments.

Par ailleurs, le Boulonnais et la Terre des Deux Caps disposent d’un appareil de formation dédié à la filière halieutique?, ainsi que de trois pôles d’attraction touristique régionaux : Nausicaa, l’un des sites touristiques les plus visités au Nord de Paris, le Site des Deux Caps, labellisé Grand site de France et le Parc Naturel Régional Caps et Marais d’Opale.

Néanmoins, il est nécessaire d’être vigilant quant :

  • À la très forte spécialisation de l’industrie du territoire autour de la filière halieutique ;
  • Aux investissements importants à réaliser sur le port pour assurer son développement ;
  • Au faible niveau de formation de la population.

Sur la zone d’emploi regroupant le Boulonnais et la Terre des Deux Caps, l’emploi se répartit entre 92 % de salariés (14 % dans l’industrie, 6 % dans la construction, 40 % dans le tertiaire marchand et 30 % dans le tertiaire non marchand) et 8 % de non salariés. La répartition des emplois est très proche de celle de la région. Les activités les plus importantes (par leur poids dans la structure de l’emploi) ou plus développées que dans le reste de la région s’articulent autour des industries alimen­taires inscrites dans la filière halieutique (10 % des salariés du territoire et 80 % des entreprises de la filière halieu­tique régionale).

Les secteurs en forte interaction avec cette filière agroalimentaire sont le commerce interentreprises (6 % de l’emploi sur ce territoire), le transport et la logistique? (5 %) et une bonne part de l’intérim (4 %). Plus récemment les activités administratives et autres activités de soutien aux entreprises ont progressé ou se sont implantées sur le territoire. Il s’agit principalement de centres d’appel (3 %) et de la réparation d’équipements de communication (2 %).

Le taux d’emploi (nombre d’actifs occupés / nombre total d’individus) de la population de 15-64 ans de 57 % est dans la moyenne régionale. Le taux de chômage à fin 2013 s’établit à 14,1 %, soit 1,3 point de plus que pour l’ensemble du Nord Pas-de-Calais (20ème rang national parmi les régions).

Le territoire présente, entre autres, deux opportunités de développement :

  • L’optimisation de l’ancien site métallurgique industrialo-portuaire de la COMILOG désormais dédié aux activités ha­lieutiques (transformation des produits de la mer et activité tertiaire induite) par extension de Capécure (zone à vocation économique, accueillant notamment des activités liées à l’exploitation de la mer, située à Boulogne-sur-Mer) ;
  • Le développement concerté de la façade littorale, qui représente également un enjeu important de dévelop­pement durable du Boulonnais.

Enfin, les activités économiques liées à la préservation de l’environnement, à la restauration de la qualité des eaux, à la rénovation énergétique par exemple sont susceptibles de créer de nombreux emplois et opportunités.
Pourtant les métiers liés à l’économie verdissante? sont assez peu développés dans la zone d’emploi regroupant le Boulon­nais et la Terre des Deux Caps (6 566 emplois, soient 13,6 % pour une moyenne régionale de 18,2 %). On dénombre par ailleurs 516 emplois dans l’économie verte [6].
L’amélioration de l’environnement est de plus un facteur d’amélioration de cadre de vie, et de renforcement de l’at­tractivité du territoire. [7] [8]

[1rapport de l’INSEE intitulé « Diagnostic et Dynamiques » (tome 2 Fascicules Territoriaux))

[2INSEE et ORS

[3Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer

[4Centre d’Expérimentation et de Valorisation des Pro­duits de la Mer

[5Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

[6INSEE - chiffres 2010

[7Les espaces du Nord Pas-de-Calais – Diagnostic et dynamiques – Tome 2 Fascicules territoriaux – INSEE 2014

[8Trajectoire socio-économique de la zone d’emploi de Boulogne-sur-Mer – Direccte Nord Pas-de-Calais – Décembre 2014

  • Des revenus plus faibles qu’en moyenne régionale, et des difficultés surtout dans les villes
  • Un niveau de santé contrasté au sein du territoire
  • Cap d’Alprech

    photo : B. Toussaint