Osartis - Marquion

Biodiversité

Dernier ajout : 3 mai.

Synthèse des pressions régionales exercées sur la biodiversité et les milieux naturels Des espaces naturels à préserver essentiellement concentrés dans les vallées, une biodiversité à réintroduire sur les espaces agricoles.

Selon l’observatoire de la biodiversité, malgré une artificialisation des sols relativement faible comparée à la moyenne du Nord Pas-de-Calais, les milieux naturels et semi-naturels n’occupent qu’une petite part de la surface du territoire. Le territoire est très largement dominé par une mosaïque de milieux agricoles qui ne laisse que peu de place aux espaces boisés, aux zones humides, etc. Il en résulte une richesse spécifique en espèces animales et végétales, essentiellement inféodées aux milieux agricoles et humides (vallée de la Sensée), ces derniers étant plus faiblement représentés.

Néanmoins, près de 8,4 % du territoire (3 001 hectares) sont des espaces à enjeux écologiques majeurs ou forts. Les zones à enjeux écologiques majeurs sont des forêts et des fourrés très humides (623 hectares). Ces espaces se situent, pour la plupart, dans la vallée de la Scarpe et la vallée de la Sensée, avec majoritairement des marais tels que ceux de Biache-Saint-Vaast à l’Ouest, de Palluel et d’Aubigny à l’Est. Le bois de Bourlon, le bois du Grand Marais ou le bois Duquesnoy font également partie des espaces à enjeux. Ces bois sont aussi répertoriés comme des Zones à Dominante Humide. Les zones à enjeux forts regroupent principalement des forêts de feuillus (519 hectares) et des prairies, humides ou non (1 243 hectares).

Moins de 0,2 % du territoire est protégé au titre de l’ensemble des outils dédiés à la protection de la nature (protections nationales ou régionales réglementaires fortes, réseau Natura 2000 et maîtrise foncière). Neuf ZNIEFF de type 1 pour plus de 1728 ha, deux ZNIEFF de type 2 sur environ 6 036 ha, ainsi que plusieurs Espaces Naturels Sensibles du Département sur environ 210 ha sont identifiés. Il existe donc un potentiel en matière de sites à protéger.

Comme dans le Cambrésis, les grands espaces agricoles ouverts peuvent également jouer un rôle pour la biodiversité, par des pratiques culturales favorables à certaines espèces spécifiques de ces milieux ou par une gestion propice à l’instauration de corridors écologiques voire à une réintroduction d’éléments de biodiversité compatibles avec la valorisation agronomique des sols.

  • Des enjeux paysagers et de préservation et réintroduction de biodiversité
  • Bassin de Brebières

    photo : CC - V. Lejeune

En savoir plus