Une géologie variée, sculptant le paysage

Dernier ajout : 27 avril 2013.

Le contexte géomorphologique régional résulte de la rencontre de deux grandes formations géologiques très différentes (plaine flamande et bordure du plateau du bassin parisien), recouvertes d’une couche superficielle principalement limoneuse.

Deux zones distinctes sont observées :
- Au Sud, les collines et les plateaux de l’Artois constituent l’extrémité nord du bassin parisien, composé essentiellement de terrains crayeux de l’ère secondaire, recouverts de limons de l’ère quaternaire ;
- Au Nord, le début de la grande plaine d’Europe du Nord, zone basse comblée par des couches d’argiles et de sables des ères tertiaire ou quaternaire, recouvertes de limons
éoliens et dépôts alluviaux récents (Flandres, plaines de la Lys, de la Scarpe…).

Entre les deux on observe des failles, des escarpements et des vallonnements : le Bassin Minier, qui s’étend du Béthunois au Valenciennois et se prolonge en Belgique.
À noter la présence d’une plaine maritime sur l’actuelle zone de polder?.

On distingue par ailleurs à l’Ouest et à l’Est de la région, deux unités géomorphologiques majeures correspondant aux « vieux terrains » :
- Le Boulonnais au Nord-Ouest, résultant d’une importante érosion ayant mis à nu une variété de couches géologiques de natures diverses (sables, calcaires, marnes, grès, argiles) ;
- La Thiérache au Sud-Est, constituée de roches primaires (principalement schistes et grès) souvent recouvertes de limons.

Les couches géologiques contiennent de l’eau, sous forme de nappes. La nappe de la craie, prédominante, s’écoulant dans la craie de l’ère secondaire, constitue la principale ressource en eau potable. D’autres nappes sont présentes dans les horizons perméables du Primaire, du Secondaire et du Quaternaire (voir les chapitres consacrés aux eaux souterraines).

Zoom1

Bien que ne dépassant pas 266 m, le relief régional apparaît contrasté, depuis les monts du Boulonnais aux contreforts des Ardennes qui marquent le paysage.

La couverture superficielle limoneuse peut atteindre plusieurs mètres, façonnant les paysages et induisant des sols fertiles. Ces sols, généralement meubles et épais, disposent d’une bonne réserve hydrique.

La géologie régionale évolue modérément. En témoignent l’érosion des roches tendres, la formation de dunes, ou l’élévation lente de l’Artois (d’un millimètre par an).

  • La géologie simplifiée de la région

Pour en savoir plus

plus d’informations sur la géologie : http://www.brgm.fr/content/cartes-geologiques-numeriques

Portail d’accès aux données sur les eaux souterraines
http://sigesnpc.brgm.fr/

Inventaire des Sites Géologiques Remarquables

Carte des sols IGCS
http://draaf.nord-pas-de-calais.agriculture.gouv.fr/Carte-des-sols-dans-le-Nord-Pas-de

Rapport 2006 de l’Office National des Forêts – Directive régionale d’aménagement NPDC : http://draaf.nord-pas-de-calais.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/DRA_cle83c693.pdf

Système d’Information géographique et d’Analyse de L’Environnement
http://sigale.nordpasdecalais.fr/

Atlas des paysages : approche géographique