Le littoral : des zones propices à une biodiversité riche

Dernier ajout : 7 juin 2013.

Des estuaires mouvants aux étendues dunaires, en passant par les falaises du Blanc-Nez, le littoral du Nord Pas-de-Calais dispose de milieux naturels variés qui en font un haut lieu de la biodiversité régionale et transfrontalière.

La façade littorale s’étend sur 147 km. On y trouve les milieux les plus exceptionnels de la région, ainsi que, sur les falaises, les seuls habitats pouvant être considérés comme réellement naturels.
Les milieux forestiers et semi-naturels occupent 31,5 % de la surface dans une bande de 500 m par rapport à la côte. Leurs surfaces diminuent ensuite fortement lorsque que l’on s’en éloigne. Le littoral est aussi très urbanisé : dans cette bande de 500 m, 38 % des espaces sont artificialisés, contre 17,2 % au niveau régional.

Les milieux dunaires, couvrant près de 0,7 % du territoire régional, présentent plusieurs formes : les dunes blanches mobiles et, vers l’intérieur des terres, les dunes grises plus végétalisées, parfois boisées, et enfin, éventuellement les dunes fossiles (qui ne sont plus alimentées en sable et donc stabilisées) comme à Ghyvelde. Elles comportent différents habitats, dont certains remarquables (11 habitats d’intérêt européen) et abritent des espèces rares, comme la Violette de Curtis.

On y trouve également des dépressions humides (les « pannes ») où se reproduisent des amphibiens tels que le Pélodyte ponctué, la Rainette verte ou l’Alyte accoucheur et où pousse une flore remarquable : Parnassie des marais, plus souvent montagnarde, ou Liparis de Loesel.

La côte rocheuse, qu’elle soit crayeuse, marneuse? ou argileuse, présente des habitats très rares voire, comme pour certaines pelouses, endémiques à la région. Les falaises constituent en outre un site essentiel pour les oiseaux rupestres, avec la nidification en nombre de Mouettes tridactyles ou de Fulmars boréaux par exemple.

Enfin, le littoral du Pas-de-Calais abrite les estuaires de la Canche, de la Slack et de l’Authie, milieux particulièrement riches en biodiversité, où viennent notamment se reposer les phoques veaux-marins. Ces estuaires voient leur morphologie évoluer constamment sous les effets conjugués du fleuve et de la dérive littorale. S’y trouvent des milieux remarquables comme :
- La slikke, zone vaseuse recouverte à chaque marée et dont les mollusques ou les crabes permettent le développement de nombreux oiseaux limicoles ;
- Les mollières, très rarement recouvertes par les marées, riches en plantes halophytes (Salicornes, Obiones…).

Zoom1

Une région pour les oiseaux migrateurs.

Une autre richesse du littoral tient au fait qu’il est survolé deux fois par an par une multitude d’oiseaux en migration, de plus de 400 espèces différentes : oies, grues, passereaux… Certains font une halte sur la côte, notamment les zones humides et zones de cultures arrière-littorales, qui jouent alors un rôle essentiel.

Cartographie dynamique

À l'échelle régionale

  • Milieux littoraux

À l'échelle d'une commune

  • Une grande diversité de milieux sous influence maritime à l’échelle de notre littoral
  • Le Grand Site des Deux-Caps, haut lieu de la biodiversité…

    Source DREAL

  • Le Jaseur boréal, espèce protégée, originaire des forêts de Sibérie et de Scandinavie, vient se nourrir l’hiver dans la région

    Source : V.Palomares, oiseaux.net